Archives pour la catégorie Militarisation

Défendre les frontières de la démocratie

resistance%20civile%20gp3Quelles sont les menaces qui pèsent sur notre démocratie ? Assurément, nous ne sommes plus au temps de la guerre froide où la menace désignée était militaire. Notre défense se situait alors clairement dans l’optique d’une invasion de l’armée soviétique. Ce schéma étant périmé, il convient d’affirmer que ce ne sont pas tant notre territoire qui est menacé par une hypothétique invasion militaire que notre démocratie. « Le territoire dont l’intégrité garantit la paix, c’est-à-dire la justice et la liberté, ce n’est pas celui de la géographie, mais celui de la démocratie, écrit justement Jean-Marie Muller ». Je propose dans cet article une réflexion sur les enjeux de la défense civile de la démocratie. Lire la suite

Présidentielles : quel candidat osera délégitimer la dissuasion nucléaire ?

nucleaire-20130706La dissuasion nucléaire est encore un sujet tabou en France. Les responsables politiques, de droite comme de gauche, depuis quarante ans, manient la plus parfaite des langues de bois à son sujet, dans un déni insistant et désespérant des enjeux éthiques, politiques et stratégiques que posent l’existence de ces armes de destruction massive. Ce faisant, les citoyens français n’ont jamais eu la possibilité de s’exprimer et encore moins de se prononcer sur la dissuasion nucléaire. Il y a malheureusement fort à parier que le sujet ne constituera pas un enjeu de la prochaine élection présidentielle. Alors cette tribune, c’est une peu comme une bouteille à la mer lancée sans trop d’illusions…, mais que je me devais de lancer quand même ! Lire la suite

Histoire à l’école : déconstruire une mémoire guerrière et sélective

20140416171204-a61d4ea6-meDevant des millions de téléspectateurs, le candidat de la droite à la primaire François Fillon a récemment déploré que l’école n’enseignait plus Clovis et Jeanne d’Arc, deux héros de notre récit national. Outre que ses propos traduisaient une claire méconnaissance des programmes d’histoire, il n’en reste pas moins que ce candidat se situe dans la lignée des hommes politiques qui veulent instrumentaliser l’enseignement de l’histoire au profit d’une idéologie patriotique et guerrière. Le retour du port de l’uniforme qu’il prône s’inscrit d’ailleurs aussi dans cette volonté de caporaliser l’école, les enseignants comme les élèves, en s’appuyant sur une histoire nationale empreinte de militarisme qui serait la seule à pouvoir être enseignée à l’école. Lire la suite

Pour une Marseillaise de paix

ob_70a46d_p201picaNombreux sont ceux qui ont déjà souligné l’archaïsme et la cruauté des paroles de notre hymne national. Un chant dans lequel nous sommes invités à pourfendre « ces féroces soldats », cette « horde d’esclaves », ces « tigres sans pitié » et à soutenir « nos bras vengeurs » afin qu' »un sang impur abreuve nos sillons »…

Et pourtant de cérémonies officielles en manifestations sportives, notre pays continue de jouer cette chanson qui à l’origine était un chant de guerre, restant sourd aux étonnements et indignations légitimes qu’il suscite tant en France qu’à l’étranger.  Lire la suite

A propos d’une affiche de la CGT sur les violences policières : le courage de la vérité

15068335Il faut souligner le courage de la CGT-Info’Com dans cette affaire. Seule la vérité dérange, semble-t-il, à en juger par les cris d’orfraie de la classe politique, les concerts d’hypocrisies de l’institution policière et de ses syndicats et la condamnation quasi unanime des médias. Peut-on dans ce pays dénoncer les violences le plus souvent disproportionnées de la police, violences d’une institution de l’Etat dont la fonction première devrait être, comme l’affirme l’affiche, de protéger les citoyens et non de les frapper ? La liberté d’expression, tant célébrée après Charlie, a des limites. En France, on ne touche pas à la police, comme on ne touche pas à l’armée… Notre pays demeure un pays qui, intrinsèquement, ne supporte pas la remise en cause de ses institutions, la défiance envers ceux qui nous gouvernent et la désobéissance civile aux lois injustes. Lire la suite

Au pays de Gandhi, la France vend des armes…

narendra-modi-le-premier-ministre-indien-et-francois_3539141_1000x500François Hollande a signé, lundi 25  janvier à New Delhi, un protocole d’accord pour la vente de 36 avions de combat Rafale à l’Inde avec le premier ministre indien. Bien que la vente ne soit pas encore formellement acquise, c’était l’objectif principal de ce voyage. Dans les médias, il n’est question que de ce possible contrat bien juteux et les dirigeants français font tout leur possible pour qu’il se concrétise… Lire la suite

11 novembre : les fusillés pour l’exemple doivent être réhabilités !

critique-les-sentiers-de-la-gloire-kubrick1Pendant la première guerre mondiale, on estime que plus de 650 soldats français ont été passés par les armes par la hiérarchie militaire. Le code militaire de l’époque était très clair : l’abandon de poste en présence de l’ennemi, le refus d’obéissance, la voie de faits sur supérieur et la révolte ou mutinerie étaient passibles de la peine capitale. En général, l’instruction était bâclée et un conseil de guerre rapidement réuni prononçait la terrible sentence sans que l’accusé ait pu se défendre. La plupart des exécutions ont eu lieu au tout début de la guerre : 206 d’août à décembre 1914, 296 pour toute l’année 1915, 136 en 1916, 89 en 1917, 14 en 1918. Mais lors des grandes mutineries de 1917 impliquant plusieurs dizaines de milliers de militaires, « seulement » une trentaine de soldats furent fusillés. Lire la suite

Hiroshima, notre suicide commun ?

A few steel and concrete buildings and bridges are still intact in Hiroshima after the Japanese city was hit by an atomic bomb by the U.S., during World War II Sept. 5, 1945.  (AP Photo/Max Desfor)Il y a 70 ans, le 6 août 1945, à 8h15, les Américains larguait la première bombe atomique sur la ville d’Hiroshima au Japon. Trois jours plus tard, c’était la ville de Nagasaki qui subissait un bombardement similaire. En quelques secondes, à Hiroshima, 80 000 personnes furent pulvérisées par l’explosion de la bombe. 70 000 autres personnes moururent dans les semaines qui suivirent. A Nagasaki, ce sont 40 000 personnes qui furent tuées par l’explosion atomique et 30 000 autres dans les semaines suivantes. De 1945 à nos jours, ce sont plus de 400 000 personnes qui sont mortes des nombreuses pathologies dues au souffle, aux brûlures et aux radiations.
Lire la suite

Ventes d’armes de la France : le déshonneur

7768339152_francois-hollande-et-le-roi-abdallah-en-novembre-2012Que de réjouissances ! Que de sourires aux lèvres il nous a été donné de voir sur les écrans de nos télévisions ces derniers jours ! La France était fière et heureuse de décrocher un contrat de 6,3 milliards d’euros pour la vente de 24 avions Rafale à l’émirat du Qatar. Tous les journaux télévisés en ont fait leur une. « C’est une fierté pour le pays », a claironné François Hollande, heureux comme un gamin qui ramène enfin une bonne note à la maison. Et toute la classe politique, à droite comme à gauche, a renchéri de superlatifs pour se féliciter de cette « aubaine » commerciale. La seule voix discordante est venue des écologistes qui avait déjà dénoncé officiellement la vente de Rafale à l’Egypte au mois de février. « Il y a une sorte d’incongruité à voir le président de la République et Mme Merkel contribuer à une paix fragile entre l’Ukraine et la Russie, et le lendemain, entendre ce même président de la République se féliciter d’avoir vendu 24 Rafale à un dictateur dans une région qui est déjà une poudrière », s’est indigné le député EELV Noël Mamère. Lire la suite

« Libérer la France des armes nucléaires » de Jean-Marie Muller

La dissuasion nucléaire est encore un sujet tabou en France. Les responsables politiques, de droite comme de gauche, depuis quarante ans, manient la plus parfaite des langues de bois à son sujet, dans un déni iliberer_la_france_des_armes_nucleaire_couvnsistant et désespérant des enjeux éthiques, politiques et stratégiques que posent l’existence de ces armes de destruction massive. Ce faisant, les citoyens français n’ont jamais eu la possibilité de s’exprimer et encore moins de se prononcer sur la dissuasion nucléaire.

Un livre (1) vient enfin rompre cet apparent consensus français. Jean-Marie Muller (2), dans un éloquant, mais rigoureux plaidoyer pour « libérer la France des armes nucléaires », apporte tous les éclairages nécessaires pour délégitimer l »idole nucléaire ». Lire la suite