Lettre ouverte à Benoît Hamon sur la dissuasion nucléaire

lettre-ouverteCher Benoît Hamon,

Je ne suis pas socialiste. J’ai voté pour vous au deuxième tour de la primaire citoyenne au mois de janvier. Je vous crois sincère dans vos convictions, malgré le passif des nombreux reniements de votre parti aux valeurs profondes de la gauche. Je souhaite par la présente vous interpeller sur une question qui est absente du débat de l’élection présidentielle : la dissuasion nucléaire.

Vous avez déclaré que vous étiez favorable à poursuivre le renouvellement et la modernisation de la dissuasion nucléaire. Celle-ci nous coûte aujourd’hui 3,6 milliards d’euros par an et les experts s’accordent pour dire qu’à l’horizon 2025, elle représenterait un poids de 6 milliards d’euros annuels pour notre économie. Au-delà de la question budgétaire qui ne saurait être balayée d’un revers de main, je veux attirer votre attention sur les enjeux stratégiques et éthiques que pose la possession de l’arme nucléaire. Lire la suite

Présidentielles : quel candidat osera délégitimer la dissuasion nucléaire ?

nucleaire-20130706La dissuasion nucléaire est encore un sujet tabou en France. Les responsables politiques, de droite comme de gauche, depuis quarante ans, manient la plus parfaite des langues de bois à son sujet, dans un déni insistant et désespérant des enjeux éthiques, politiques et stratégiques que posent l’existence de ces armes de destruction massive. Ce faisant, les citoyens français n’ont jamais eu la possibilité de s’exprimer et encore moins de se prononcer sur la dissuasion nucléaire. Il y a malheureusement fort à parier que le sujet ne constituera pas un enjeu de la prochaine élection présidentielle. Alors cette tribune, c’est une peu comme une bouteille à la mer lancée sans trop d’illusions…, mais que je me devais de lancer quand même ! Lire la suite

Affaire Greenpeace : raison d’Etat contre non-violence

Le-Rainbow-Warrior-couch-sur-c-t-dans-port-d-AucklandC’était il y a trente ans, le 10 juillet 1985. Un bateau de Greenpeace, le Rainbow Warrior, amarré dans le port d’Auckland en Nouvelle Zélande, subissait deux explosions, dont la seconde tuera le photographe Fernando Pereira. L’association écologiste s’apprêtait à mener une vaste campagne d’opposition aux essais nucléaires français dans le Pacifique. L’Etat français ne pouvait accepter la remise en cause d’une politique basée sur le « prestige » que confère la détention de l’arme nucléaire. Il décida alors d’engager les services secrets de la DGSE dans une opération visant à faire taire les écologistes. Avec des bombes pour « neutraliser » un bateau contestataire, des bombes pour faire échouer une action non-violente d’écologistes qui ne pouvaient se résoudre à être complices du crime nucléaire ! Lire la suite

A propos de l’ouvrage Libérer la France des armes nucléaires de Jean-Marie Muller

La dissuasion nucléaire est encore un sujet tabou en France. Les responsables politiques, de droite comme de gauche, depuis quarante ans, manient la plus parfaite des langues de bois à son sujet, dans un déni iliberer_la_france_des_armes_nucleaire_couvnsistant et désespérant des enjeux éthiques, politiques et stratégiques que posent l’existence de ces armes de destruction massive. Ce faisant, les citoyens français n’ont jamais eu la possibilité de s’exprimer et encore moins de se prononcer sur la dissuasion nucléaire.

Un livre (1) vient enfin rompre cet apparent consensus français. Jean-Marie Muller (2), dans un éloquant, mais rigoureux plaidoyer pour « libérer la France des armes nucléaires », apporte tous les éclairages nécessaires pour délégitimer l »idole nucléaire ». Lire la suite