Municipales à Colomiers (suite) : l’expérience de la violence symbolique

Candidat sur une liste au 1er tour des élections municipales à Colomiers, je ne croyais pas devoir vivre un jour cette expérience douloureuse. J’aurais dû pourtant savoir que la naïveté et l’aveuglement se paient au prix cher dans le cénacle politique car son royaume est celui des cyniques, des bonimenteurs et des autoritaires. Les insoumis y sont peu nombreux, je parle des véritables insoumis, de ceux qui n’accordent aucun blanc-seing au chef de parti, au leader, à la tête de liste et au pouvoir d’une manière générale. L’habit ne fait pas le moine, dit-on, mais l’étiquette dispense souvent de regarder de près la couture, plus précisément ce qui se trame dans les arrières salles d’une campagne électorale au-delà des illusions d’optique. Lire la suite

Retour en classe : le 11 mai, je reste maître… de mes décisions et de mon métier

Dans un tweet publié le 3 mai, après le dévoilement du protocole sanitaire pour les écoles, j’indiquais dans une formule explicite et volontairement lapidaire mon sentiment. “Le protocole est à la fois inapplicable et invivable. Invivable parce qu’inapplicable, inapplicable parce qu’invivable”. Les contraintes imposées aux enseignants et surtout aux élèves sont impossibles à appliquer à la lettre. S’y essayer sera de l’ordre de l’invivable, de la souffrance, d”une forme de violence, voire de maltraitance envers les élèves comme envers nous-mêmes.  Notre incapacité prévisible à supporter ces contraintes rendra impossible l’application des mesures imposées par le protocole. Lire la suite

Quelques réflexions sur la non-violence à partir de la pensée de Simone Weil

Le refus de la légitimité de la violence est au coeur de l’oeuvre de la philosophe Simone Weil (1909-1943). Chrétienne hors de l’église comme elle se définissait, elle s’est indignée contre les compromissions de l’Eglise avec la violence qui ont contribué, selon elle, à profondément dénaturer la parole du Dieu chrétien. « La vérité la plus essentielle concernant Dieu, affirme Simone Weil, c’est que Dieu est bon avant d’être puissant1« . En pactisant avec la violence, l’Eglise a fait écran à la sagesse et à la bonté de Dieu. Elle estime que si l’Eglise a pactisé avec l’empire de la force, elle le doit à la double influence de l’Ancien Testament et de l’empire romain. « Cette double souillure presque originelle, écrit-elle, explique toutes les souillures qui rendent l’histoire de l’Eglise si atroce au cours des siècles2« . Simone Weil est vivement attirée par les Cathares qui « poussèrent l’horreur de la force jusqu’à la pratique de la non-violence et jusqu’à la doctrine qui fait procéder du mal tout ce qui est du domaine de la force3« . Certes, précise-t-elle, « c’était aller loin, mais non pas plus loin que l’Evangile4« . Lire la suite

Théodore Monod et le respect de la vie, plus que jamais d’actualité pour bâtir le monde d’après…


Dans le monde d’après la période du coronavirus, il se pourrait bien que certains penseurs un peu oubliés nous aident à voir le monde autrement pour construire du neuf. Théodore Monod (1902-2000) en fait certainement partie. Biologiste, naturaliste, explorateur, spécialiste des déserts et surtout profondément humaniste, il était un partisan convaincu de la non-violence. Ami de l’orientaliste Louis Massignon et de l’écrivain malien Amadu Hampâté Bä, il était un savant qui s’impliquait vigoureusement pour la cause de la dignité humaine et du respect de l’animal. Le journaliste Roger Cans résume son engagement : « On le voyait marcher au premier rang des manifestants qui protestaient contre la bombe atomique, l’apartheid, l’exclusion. Il militait contre tout ce qui, selon lui, menace ou dégrade l’homme : la guerre, la corrida, la chasse, l’alcool, le tabac, la violence faite aux humbles. Son credo : le respect de la vie sous toutes ses formes1. » Lire la suite

Municipales à Colomiers (7). L’heure de vérité

A quelques jours du 1er tour, chacun retient son souffle. Sommes-nous, dans la 2ème ville de la Haute-Garonne, à la veille d’un cataclysme politique dont les répercussions sur le plan départemental et régional seront colossales ? Colomiers va-t-elle enfin prendre son avenir en main, au-delà des appareils politiques qui font la pluie et le beau temps depuis trop longtemps ? Ou bien, dans la continuité du cycle perpétuel de la réélection de la majorité sortante, les citoyens vont-ils encore une fois décider de confier le destin de la ville à la même équipe, sans autre horizon que de poursuivre la même logique clientéliste et anti-démocratique, sans la perspective de renouveau dont cette ville a tant besoin ? Lire la suite

Municipales à Colomiers (6). Le désir d’un printemps démocratique

Le principal enjeu de ces élections municipales est clairement un enjeu démocratique. Il s’agit ni plus ni moins, dans la deuxième ville de la Haute-Garonne, de faire souffler le vent de la démocratie citoyenne, de l’alternance politique et certainement de l’alternative à un système clientéliste en place depuis des décennies. Colomiers a besoin d’une respiration démocratique, tant elle subit depuis des décennies la chape de plomb d’un pouvoir dirigé par un clan. Cela passe par l’arrivée aux commandes de la ville d’une nouvelle équipe, davantage citoyenne et écologiste, non inféodée aux partis politiques, avec une vision de la ville en phase à la fois avec les besoins de la population et avec les enjeux écologiques de notre temps. Ce renouveau ne peut être incarné par l’équipe de la maire sortante.  Lire la suite

Municipales à Colomiers (5). Le prétendu rassemblement de la gauche de la liste de la maire sortante

La liste “Esprit Colomiers” de la maire sortante se présente comme une liste qui réunit l’ensemble des “forces de gauche, progressistes, humanistes et écologistes”. Ce nouveau mensonge après celui de la prétendue “liste fortement renouvelée” mérite bien quelques explications. Car à Colomiers, deuxième ville de la Haute-Garonne, le clan socialiste est prêt à toutes les (basses) manoeuvres politiques pour conserver le pouvoir. Quitte à tromper les électeurs par l’affichage de logos sans consistance.

Lire la suite

Municipales à Colomiers (4). La farce écologique de la liste socialiste

La liste socialiste de la maire sortante tente d’apparaître comme une liste qui prend en compte les enjeux écologiques d’aujourd’hui. Ayant débauché trois adhérentes d’EELV, elle pense que l’étiquette permettra de masquer l’imposture d’une “conscience écologique” (site d’”Esprit Colomiers”) quand pendant six ans elle a tourné le dos à toutes les exigences d’une action réellement écologique. Lire la suite