Comment Martin Luther King a découvert la non-violence

On a souvent demandé à Martin Luther King comment il en était arrivé à adopter la philosophie et la stratégie de la non-violence. C’est dans son premier ouvrage, Combats pour la liberté (1958), publié après le mouvement de boycott des bus de Montgomery qui aboutit à la fin de la ségrégation raciale dans les transports publics, que King raconte son itinéraire vers la non-violence. Un itinéraire intellectuel qui devait aboutir à une puissante conviction éthique et un engagement dans la résistance non-violente tout à fait exceptionnel qui inspirent encore aujourd’hui les jeunes générations en résistance contre la prolifération des armes à feu aux Etats-Unis. Alors que nous fêtons le 50ème anniversaire de sa mort, le 4 avril 1968, le cheminement de King vers la non-violence représente un message fort qui interpelle les consciences qui veulent sortir de la spirale suicidaire de la violence. Lire la suite

Martin Luther King et la désobéissance civile

Chaque année, le 3ème lundi du mois de janvier est un jour férié aux Etats-Unis. C’est le « Martin Luther King day », la journée Martin Luther King, en hommage au célèbre défenseur des droits civiques dans les années soixante. Observée pour la première fois en 1986, elle marque l’anniversaire de la naissance de Luther King (le 15 janvier 1929). Dans cet article, je voudrais exposer la pensée et l’action de Martin Luther King concernant la désobéissance civile. Loin de certaines images d’épinal qui ferait de King un doux rêveur (suite à son fameux discours « I have a dream »), il était surtout un homme profondément ancré dans les dures réalités de son temps, soucieux de résister efficacement par l’action non-violente aux injustices de la ségrégation raciale dans son pays.
Lire la suite

Martin Luther King, révolutionnaire non-violent

biomlkL’américaniste Sylvie Laurent vient de publier une « biographie intellectuelle et politique » (Seuil) sur Martin Luther King, dont le récent film « Selma » nous rapporte un épisode tragique et éloquent de son combat non-violent pour les droits civiques.

L’immense intérêt de cet ouvrage est de nous faire découvrir un homme qui était un véritable dissident dans son pays, un leader « radical et non-violent révolutionnaire ». En effet, au fil des ans, se sont imposées des représentations édulcorées de cette figure mythique. Les Américains ont oublié la radicalité de ses combats, tant par ses méthodes que ses finalités. Ils l’ont intégré comme un homme de réconciliation et d’unité nationale alors qu’il divisait fortement l’Amérique lorsqu’il défendait la cause de la communauté noire. Symbole de cette évolution, c’est Ronald Reagan, président conservateur s’il en fut, alors président des Etats-Unis, qui décréta en 1985 la journée fériée Martin Luther King, le 3ème lundi du mois de janvier. Lire la suite