1er janvier 2017 : le pape François fait l’éloge de la non-violence à l’occasion de la 50ème journée mondiale de la paix

message-paix« La non-violence : style d’une politique pour la paix », tel est l’intitulé du message annuel du pape lors de la journée mondiale de la paix, le 1er janvier prochain. Ce message, daté du 8 décembre 2016, a été rendu public il y a quelques jours. Pour la première fois dans l’histoire de l’Eglise catholique, un pape consacre une allocution au thème de la non-violence. C’est un événement considérable que nous voulons saluer en montrant l’exceptionnelle avancée doctrinale que constitue cette réflexion du pape François, alors que plus que jamais, la guerre et la violence font rage dans le monde.

Déjà, son prédécesseur, Benoît XVI, avait eu des paroles fortes sur cette question. Ainsi, lors de la cérémonie de l’Angélus, le 18 février 2007, dans une méditation sur l’une des paroles les plus importantes de Jésus, « aimez vos ennemis », le pape affirmait que « dans le monde, il règne trop de violence, trop d’injustice et que, par conséquent, on ne peut surmonter cette situation qu’en lui opposant un supplément d’amour, un supplément de bonté ». « Cette page de l’évangile, poursuivait-il, est considérée, à juste titre, comme la magna charta de la non-violence, qui ne consiste pas à se résigner au mal – selon une fausse interprétation du « tendre l’autre joue » (Lc 6, 29) – mais à répondre au mal par le bien (Rm 12, 17-21), en brisant ainsi la chaîne de l’injustice ».

Cette ouverture en direction de la non-violence amorcée par Benoît XVI, le pape François la reprend en la citant, mais surtout il l’élargit pour proposer à tous les chrétiens et tous les hommes de bonne volonté de « faire de la non-violence [leur] style de vie ». Tout son message est centré sur cette idée forte : une véritable politique de paix, à tous les niveaux, doit se fonder sur la non-violence. « La construction de la paix au moyen de la non-violence active, énonce t-il, est un élément nécessaire et cohérent avec les efforts permanents de l’Église pour limiter l’utilisation de la force par les normes morales. » Indéniablement, il s’agit d’une rupture avec les théories, qui ont longtemps dominé le discours de l’Eglise, sur la guerre juste, voire la guerre sainte…

Le pape reconnaît que notre monde est « en morceaux » et que la violence qui s’y exerce « provoque d’énormes souffrances ». Il juge que « la violence n’est pas le remède », car elle ne fait que « déchaîner des représailles et des spirales de conflits mortels qui ne profitent qu’à un petit nombre de « seigneurs de guerre ». A cette logique destructrice et meurtrière, le pape oppose « une éthique de fraternité et de coexistence pacifique entre les personnes et les peuples ». Il interpelle les chefs d’Etat en lançant un appel au désarmement et à l’abolition des armes nucléaires, mais aussi les citoyens pour que cesse la violence domestique et les abus envers les femmes et les enfants.

Précisant sa pensée, François suggère à chacun de faire l’option de la non-violence : « Que ce soient la charité et la non-violence qui guident la manière dont nous nous traitons les uns les autres dans les relations interpersonnelles, dans les relations sociales et dans les relations internationales. […] Depuis le niveau local et quotidien jusqu’à celui de l’ordre mondial, puisse la non-violence devenir le style caractéristique de nos décisions, de nos relations, de nos actions, de la politique sous toutes ses formes ! » L’expression « style » utilisée également dans le titre du message (« la non-violence : style d’une politique pour la paix ») est à entendre dans sa définition anthropologique, c’est-à-dire comme une façon exemplaire de se comporter. Le pape considère la non-violence comme un comportement exemplaire dans tous les conflits que nous pouvons rencontrer dans nos existences, tant sur le plan personnel que social ou international.

Le pape François s’appuie sur la réflexion de son prédécesseur qui indiquait que « pour les chrétiens, la non-violence n’est pas un simple comportement tactique, mais bien une manière d’être de la personne ». La non-violence est une attitude de résistance positive qui recherche et met en oeuvre des moyens novateurs en cohérence avec la fin poursuivie. Cette attitude englobe toutes les dimensions de la vie, au coeur des conflits vécus. Sur ce point, François rappelle les principaux éléments de l’enseignement de Jésus, mais aussi de ses actes publics, soulignant que « Jésus a tracé la voie de la non-violence, qu’il a parcourue jusqu’au bout, jusqu’à la Croix, par laquelle il a réalisé la paix et détruit l’inimitié ». Etre un vrai disciple de Jésus, cela signifie, nous dit François, « adhérer à sa proposition de non-violence », la seule qui soit « réaliste », comme l’avait déjà affirmé Benoit XVI. Il voit dans le discours sur la Montagne le « manuel » d’une stratégie de construction de la paix « au moyen de la non-violence active ».

Dans ce message du 1er janvier, le pape ne nous donne pas une définition précise de la non-violence telle qu’il la conçoit. L’expression « non-violence active » qu’il utilise à plusieurs reprises est à cet égard pas très heureuse. Cela pourrait sous entendre qu’il existe une « non-violence passive », ce qui est contraire à toute l’histoire de la non-violence. En réalité, nous le verrons plus loin, c’est une façon pour le pape de considérer que la non-violence est aussi une forme d’action capable d’introduire des changements. De même, le pape n’évite pas certains écueils propres aux discours traditionnels de ses prédécesseurs sur « les armes de la vérité et de l’amour » qui, « seules », seraient susceptibles d’avoir une influence spécifique dans la conduite des conflits. Pourtant, ni la vérité, ni l’amour ne sont en elles-mêmes des forces qui agissent dans l’histoire. Seules les « armes » de la non-violence sont capables de transformer des situations d’injustice et de dénouer les conflits en créant de véritables rapports de force.

Malgré ses réserves, il faut bien admettre que la partie la plus novatrice du message de François concerne la mise en avant de l’action non-violente comme méthode de lutte dans les conflits pour la justice. Jusqu’à maintenant, les papes avaient surtout insisté sur la dimension éthique et personnelle de la non-violence. François rappelle tout d’abord que la non-violence ne saurait être confondue avec la « capitulation », le « désengagement » et la « passivité ». Il était important que cela soit dit, tant les équivoques demeurent encore sur le concept de non-violence. Le pape fait ensuite fait l’éloge de « la non-violence pratiquée avec détermination et cohérence » qui « a donné des résultats impressionnants ». A l’appui de cette affirmation, il évoque les succès de trois grandes personnalités du combat non-violent, elles-mêmes issues de trois religions différentes. En premier lieu, le Mahatma Gandhi (hindou), principal artisan de la libération de l’Inde, mais aussi Khan Abdul Ghaffar Khan (musulman) qui a mené un combat non-violent contre la domination britannique. Puis, Martin Luther King (chrétien), leader historique du combat des noirs pour les droits civiques aux Etats-Unis. « Leur succès ne seront jamais oubliés », affirme le pape qui cite aussi en exemple les femmes qui, bien souvent, ont été des « leaders de non-violence ». Il rappelle également « l’action courageuse » des communautés chrétiennes dans les événements qui ont abouti à la chute des régimes communistes en Europe et souligne que « l’Eglise s’est engagée pour la réalisation de stratégies non-violentes de promotion de la paix dans beaucoup de pays ».

En reprenant à son compte la dimension politique de la non-violence, le pape effectue une véritable révolution doctrinale dans la pensée de l’Eglise. Son invitation à s’engager « par la prière et par l’action à devenir des personnes qui ont banni de leur coeur, de leurs paroles et de leurs gestes, la violence  » témoigne de sa compréhension de la non-violence aussi comme une force d’action susceptible de promouvoir la justice et la paix. Il assure que « l’Eglise catholique accompagnera toute tentative de construction de la paix, y compris par la non-violence active et créative ». Il appelle à la solidarité active avec toutes les victimes des violences (migrants, exclus, victimes de guerre, prisonniers, chômeurs, personnes exploitées et torturées…) considérant que « chaque action dans cette direction, aussi modeste soit-elle, contribue à construire un monde libéré de la violence, premier pas vers la justice et la paix ».

Voici donc un message neuf qui nous vient de l’Eglise catholique. C’est la reconnaissance que la non-violence est autant une attitude personnelle qu’une méthode d’action collective pertinente pour bâtir un monde plus juste et plus pacifique. Ce plaidoyer du pape pour la non-violence tranche singulièrement avec la théorie de la guerre juste et de la violence légitime qui ont longtemps été la doctrine officielle de l’Eglise. Citant son discours d’Assise du 20 septembre 2016, François réaffirme avec force que « jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence » et que « seule la paix est sainte, pas la guerre ! ». Certes, le pape n’abolit pas explicitement ces doctrines de la guerre juste, voire sainte, qui ont servi à la légitimation de tant de guerres et de massacres dans le passé, mais il ouvre un nouveau chemin de réflexion et d’action susceptible de modifier en profondeur la doctrine de l’Eglise sur cette question et plus largement d’offrir une nouvelle espérance dans un monde malade de la violence et de la guerre.

Ce message important appelle une suite. Lors de la conférence internationale qui s’est tenue à Rome en avril 2016 à l’initiative du Conseil Pontifical Justice et Paix et de Pax Christi International sur le thème « Non-violence et paix juste : une contribution à la compréhension de la non-violence et à l’engagement envers celle-ci de la part des catholiques », les participants avaient appelé le pape François « à partager avec le monde une encyclique sur la non-violence et la paix juste ». C’est pourquoi ce message du premier de l’an sur la non-violence doit désormais résonner dans la conscience universelle. Le pape pourrait, à l’exemple de Laudate Si, apporter une contribution décisive à la paix dans le monde par un texte approfondi qui inscrirait la non-violence au coeur de la doctrine de l’Eglise qui, à maintes reprises, s’est égarée dans la justification de la violence et de la guerre. Et pourquoi pas une encyclique du pape sur la non-violence, préalablement alimentée par de multiples débats au sein des communautés, des paroisses, des associations et mouvements catholiques ?

Post Scriptum : Le 15 décembre 2016, le Pape recevait six nouveaux ambassadeurs accrédités auprès du Saint-Siège. A cette occasion, il a à nouveau évoqué le thème de la non-violence qu’il considère comme « la voie à suivre dans le présent et l’avenir ». Toutefois, son discours introduit une ambiguïté qui n’est pas présente dans son message à venir du 1er janvier. En effet, s’il réaffirme qu’il s’agit, « en toutes circonstances, de rejeter la violence comme méthode de résolution des conflits », il conclut qu’il convient, « de les traiter, cependant, toujours par le dialogue et la négociation ». Il fait ainsi l’impasse sur la dimension de l’action, oubliant que le dialogue et la négociation sont parfois impossibles entre les différents protagonistes et qu’ils ne sauraient suffire pour établir une paix juste et durable. Pour notre part, nous considérons que l’action non-violente est seule à même de créer les conditions d’un dialogue et d’une négociation sur la base d’un rapport de forces.

Advertisements

2 réflexions sur “1er janvier 2017 : le pape François fait l’éloge de la non-violence à l’occasion de la 50ème journée mondiale de la paix

  1. Ce pape a déjà dépassé la plupart (tous en réalité !) des partis de gauche en matière d’écologie, voilà qu’il poursuit sur le chemin de la non-violence. On ne peut que se réjouir car cela concerne des… milliards (!) d’habitants de la planète.
    Reste pour l’église à faire preuve d’un minimum de féminisme (tant de chemin à parcourir encore sur ce versant là !) et a jeter son homophobie maladive… et Fillon sera battu ! Euh… pardon : et je me convertis !;-)
    Le Vatican doit aussi revoir ses liens avec les paradis fiscaux et sûrement plein d’autres bricoles…

    J'aime

  2. A part le dialogue et la négociation, quelles actions non violentes peuvent être mises en avant pour régler les conflits en zones de guerre?
    Des observateurs, des résistants tels ceux de ‘nuit debout »? On manque d’idées et de leaders pour trouver des issues pacifiques à ces conflits armés.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s