Municipales à Colomiers (4). La farce écologique de la liste socialiste

La liste socialiste de la maire sortante tente d’apparaître comme une liste qui prend en compte les enjeux écologiques d’aujourd’hui. Ayant débauché trois adhérentes d’EELV, elle pense que l’étiquette permettra de masquer l’imposture d’une “conscience écologique” (site d’”Esprit Colomiers”) quand pendant six ans elle a tourné le dos à toutes les exigences d’une action réellement écologique.

Nous n’avons pas oublié les sourires narquois, l’attitude condescendante et le mépris ouvertement affiché de la majorité sortante en conseil municipal lorsque les élus de “Vivre Mieux à Colomiers” s’exprimaient pour rappeler à la majorité l’impérieuse nécessité de changer de braquet pour défendre la biodiversité en ville et dans la vallée de l’Aussonnelle, pour que les nouvelles constructions (écoles, bâtiments communaux, immeubles) soient réalisées avec des matériaux respectant l’environnement, pour préserver les quelques rares terres agricoles de la commune, pour introduire de la végétation dans les cours d’école excessivement bitumées, pour refuser les panneaux lumineux de publicité.

Nous n’avons pas oublié comment, avec la complicité des élues pseudo écologistes d’EELV, la maire a refusé d’entendre nos arguments sur les dangers des ondes électro-magnétiques lorsqu’il s’est agi d’installer de nouvelles antennes relais à Colomiers. Lorsque nous invoquions le principe de précaution quant à l’exposition des habitants aux champs électro-magnétiques, on nous traitait de prophètes de malheur ; les mots de “catastrophisme” ont même été prononcés. Il en est de même pour l’installation des compteurs linky. Seul notre groupe s’y est opposé. La mairie n’a même pas osé reprendre à son compte notre proposition de demander à Enedis qu’il respecte le refus des habitants, comme cela s’est fait à Bayonne. Cela ne l’engageait à rien, mais une pétition de 1 500 personnes à Colomiers, cela ne compte pas pour qui est dans la toute puissance du pouvoir ! En Haute-Garonne, 25 communes ont voté des arrêtés anti-Linky.

Aujourd’hui, on repeint en vert gratis ! La liste de la maire sortante pioche sans vergogne dans le programme de Vivre Mieux à Colomiers 2014, programme qu’elle qualifiait alors de “catalogue du père Noël”. Citons sans être exhaustif, puisque nous n’avons pas encore le programme définitif, certaines de ses propositions écologiques directement empruntées à ce “catalogue” : “du bio et du circuit court à 100% dans les cantines scolaires, le développement d’une ville fertile pour retrouver un lien avec l’agriculture, la végétalisation des cours d’école, la création d’un cimetière pour animaux de compagnie, d’une brigade urbaine de l’environnement à vélo, d’aires de co-voiturage”. Le père Noël n’existe pas, mais il a parfois quelques bonnes idées…

Cependant, qui peut prendre au sérieux un projet issu d’une municipalité qui n’a pas su prendre le virage nécessaire pour répondre sérieusement à la question du réchauffement climatique et de la transition écologique ? Qui peut prendre au sérieux la proposition de “faire de la municipalité un acteur exemplaire” en matière d’écologie quand on a toujours privilégié les opérations de communication, les ravalements de façade et les récupérations d’initiatives citoyennes écologiques ? Qui peut prendre au sérieux une maire qui a supprimé le service des bus gratuits en régie municipale et qui a trahi sa promesse de maintenir la gratuité des transports avec le passage à Tisséo ?  Et qui peut prendre au sérieux des élues EELV qui ont brillé par leur silence en conseil municipal, qui ont tout approuvé, et qui ont usurpé leur mandat en passant de l’opposition à la majorité ?

Plusieurs écoles ont été rénovées durant ce mandat, et deux écoles inaugurées. Mais aucune n’a été construite avec des matériaux écologiques, des matériaux qui permettent notamment d’absorber des températures élevées comme au mois de juin ou de septembre. Résultat, on étouffe dans ces écoles en période de grosse chaleur, et la ventilation prévue est bien dérisoire. Lors de l’inauguration de l’école Lamartine, en septembre dernier, pendant les discours des officiels dans la cour de récréation, l’odeur incommodante du bitume réchauffé rendait inaudible les beaux discours d’autosatisfaction des uns et des autres. Aucun espace vert, aucun arbre dans cette cour. « Particulièrement choquant », comme le soulignait justement l’un de mes voisins immédiats.

Les électeurs ne s’y tromperont pas. Ils préfèreront l’original à la copie. L’original, c’est celui qui depuis près de 20 ans trace un sillon écologique cohérent et déterminé, tant dans ses choix de vie individuels que dans ses propositions politiques. Déjà, en 2006, lorsque Patrick Jimena et son équipe de l’ACSE organisent le festival « CAMINO Agir pour la non-violence » (à Tournefeuille), les thématiques écologiques sont au coeur du village associatif qui présente de nombreuses alternatives en matière de consommation, de transport, d’habitat et d’agriculture. Elu écologiste au conseil général en 2011, il défendra avec constance des propositions novatrices, devenues au fil des ans des évidences. N’est-ce pas d’ailleurs la maire de Colomiers, elle-même qui, en comité restreint, le reconnaissait : « Patrick Jimena a eu raison avant l’heure »…

Aujourd’hui, les propositions qu’il défend avec la liste « Vivre Mieux Ensemble à Colomiers » visent à faire de Colomiers, une ville d’excellence en matière de transition écologique : une ville qui se prépare à être autonome sur le plan alimentaire, avec un plan ambitieux sur l’isolation des bâtiments afin de réduire la facture énergétique, avec la gratuité des transports en commun, avec la création de la maison du vélo, avec la préservation du vivant et de la biodiversité, avec l’installation de jeunes maraîchers dans la vallée de l’Aussonnelle, avec l’installation d’une ferme urbaine et pédagogique, avec des cantines bio et locales comprenant une offre végétarienne et avec une université de la transition écologique, lieu de formation indispensable pour les citoyens. Le réalisme aujourd’hui, c’est la radicalité écologique qui veut prendre soin de chacun-e avec des projets ambitieux et ancrés dans le réel.

Last but not least… Il y a quelques jours, les médias se sont fait l’écho de la décision du Syndicat mixte Haute-Garonne montagne, avec l’aval du Conseil départemental, d’autoriser la livraison de neige par hélicoptère à la station de Luchon-Superbagnères. Le scandale a été quasiment unanime, faisant réagir jusqu’à la ministre de l’écologie. A Colomiers, seul Patrick Jimena s’est indigné sur sa page facebook : “ils sont devenus fous !”… Silence radio du côté de la liste socialiste dont le numéro 2 est vice-président du Conseil départemental et aucune réaction de la part des élues EELV membres de cette liste… De même, rien du côté des autres candidats.

Oui, dans cette campagne, sur l’écologie, il y a d’un côté l’original et de l’autre la pâle copie des politiciens locaux avec leurs alliés pots de fleurs. Il ne suffit pas de se peindre en vert pour devenir écologiste.

————————————————————————–

Le projet écologique de « Vivre Mieux Ensemble à Colomiers » sera présenté lors d’une réunion publique le mercredi 26 février à la salle Satgé à 20h.

Chaque mercredi, un billet consacré aux élections municipales à Colomiers. Avec deux objectifs : déconstruire les mensonges, notamment ceux de la majorité sortante, et éclairer les      Columérin-e-s sur les enjeux réels de cette élection.

Une réflexion sur “Municipales à Colomiers (4). La farce écologique de la liste socialiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s