Municipales à Colomiers (3). Les locaux de campagne du vieux monde politique

Tout récemment, les deux adversaires de la liste “Vivre Mieux ensemble à Colomiers” ont inauguré leur local de campagne. Pour ces deux listes qui incarnent une manière très classique, et parfois archaïque de faire de la politique, l’inauguration d’un local de campagne fait partie des « figures » obligées dans une élection municipale.

Les citoyens doivent savoir de quoi il en retourne.

Les deux locaux de campagne en question, celui d’”Esprit Colomiers” (PS) et de “Osons une autre histoire à Colomiers” (LREM) sont situés rue du Centre, dans l’allée piétonne et commerçante de la ville, à quelques mètres l’un de l’autre… Or, cette rue passante souffre depuis plusieurs années d’une réelle désertification de ses commerces, au point que plusieurs locaux sont à louer ou à vendre. Ces deux listes, en réalité, profitent du manque de dynamisme commercial de cette rue pour récupérer des locaux à louer pour leur campagne électorale… Un local dont la location s’élève autour de 4 à 5 000 euros pour les trois mois de campagne.

5 000 euros pour avoir une vitrine politique… 5 000 euros pour un local qui restera vide ou fermé l’essentiel de la journée et où les citoyens ne se rendront pas ou peu. 5 000 euros de gaspillés… A l’heure où chacun compte ses sous, ce gaspillage n’est pas le bienvenu. Mais dans la façon ancienne de faire de la politique, chez ces gens-là, un local de campagne, ça fait sérieux, ça fait crédible… Et ceux qui n’en ont pas ne jouent pas dans la même catégorie…

On pourrait penser qu’un local de campagne sert à organiser des réunions… de campagne. Il n’en est rien. Une liste, c’est 39 personnes. L’étroitesse de ces locaux de campagne (du moins à Colomiers) laisse penser que les réunions plénières de ces listes n’auront pas lieu à cet endroit, mais plutôt dans une salle municipale dédiée aux associations. Ce qui renforce l’inutilité de ce type de local.

Par contre, un local de campagne permet toujours au moins une opération de communication avec la fameuse “inauguration du local de campagne” où chacun annoncera un nombre de participants très important quant l’événement ne réunit généralement que les membres de la liste et quelques soutiens. Cela fera toujours un article de plus dans La Dépêche du Midi… Dans celui consacré à l’inauguration du local d’ “Esprit Colomiers”, on apprenait ainsi que le local “concentrera toutes les énergies positives, toutes les bonnes volontés dans un esprit d’équipe, de convivialité, d’esprit collectif” (propos de la maire). La langue de bois a encore de beaux jours devant elle quand le quotidien régional en est réduit à longueur de page à la relayer sans filtre…

Qu’en est-il de la liste “Vivre Mieux Ensemble à Colomiers” ? Celle-ci a fait le choix, comme en 2014, de ne pas investir dans un local de campagne, outil désuet et coûteux. Plutôt que d’attendre que les citoyens viennent dans un tel lieu, il s’agit avant tout d’aller à leur rencontre, de faire mouvement dans leur direction, notamment dans les quartiers. C’est une autre philosophie, une autre vision de l’action politique. Il s’agit également d’utiliser utilement l’argent prêté ou donné pour la campagne par les citoyens, notamment dans la réalisation de documents de qualité qui fournissent des contenus élaborés sur le programme. Ainsi en est-il du journal sur la transition écologique à Colomiers que “Vivre Mieux” vient d’éditer, journal malicieusement nommé “Dépêchons-nous”…

Le PS et En Marche, sur Colomiers, incarnent à leur manière ce que les citoyens ne veulent plus : le gaspillage et les opérations de com. En 2020, la politique a besoin de renouveler ses pratiques. Encore faut-il les mettre en oeuvre dès le temps de la campagne…

Pied de nez à ces deux listes siamoises, un récent samedi, à mi-chemin de leurs locaux de campagne respectifs, sur la place “Gandhi”, des citoyens tenaient cercle de silence contre le Centre de Rétention Administratif de Cornebarrieu, en soutien aux sans-papiers et aux migrants. Je participais à ce cercle de silence. En ligne de mire, j’avais les coéquipiers de la liste de D. Laborde et… quand je me retournais, ceux de la liste de K. Traval…

Tout près de cette manifestation mensuelle à laquelle n’ont jamais participé les socialistes, des membres de l’AG interpro de Colomiers distribuaient un tract contre la réforme des retraites…

Au centre, dans la rue du Centre, l’action citoyenne pour les droits et la justice, aux extrémités, les tenants du vieux monde politique. Tout un symbole !

Chaque mercredi, un billet consacré aux élections municipales à Colomiers. Avec deux objectifs : déconstruire les mensonges, notamment ceux de la majorité sortante, et éclairer les      Columérin-e-s sur les enjeux réels de cette élection.

Une réflexion sur “Municipales à Colomiers (3). Les locaux de campagne du vieux monde politique

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s