Baccalauréat 2019 : en conscience, ils ont refusé d’obéir…

Crédit La République du Centre

10 ans après le mouvement des enseignants-désobéisseurs du primaire, les professeurs du secondaire ont à leur tour pris le chemin de la résistance ouverte. « En conscience, je refuse d’obéir », écrivions-nous à notre hiérarchie pour signifier notre refus d’être complices de dispositifs pédagogiques imposés qui reniaient l’éthique de notre métier et de nos missions. Tout particulièrement, les évaluations nationales standardisées prémisses à la mise en concurrence des établissements scolaires, mais aussi les nouveaux programmes rétrogrades, l’aide personnalisée qui masquait la suppression des RASED et le fichier Base Elèves.

Aujourd’hui, après moultes pétitions, grèves et manifestations qui n’ont pas permis le moindre début d’un dialogue avec le ministre, signe d’un incommensurable mépris à leur encontre, les enseignants du secondaire n’ont eu d’autre choix que de retenir les notes du bac pendant quelques jours ou de refuser de siéger dans des jurys aux pratiques illégales, grippant sérieusement la machine pourtant bien huilée de cet examen national. Une grève-résistance inédite pour mieux se faire entendre, pour exprimer leur détermination face au ministre, mais surtout pour rester dignes. Dignes de leur investissement quotidien au service de la réussite des élèves face à un pouvoir qui déconstruit progressivement le service public d’éducation. Au nom de cette dignité si souvent bafouée, le refus d’obéissance est apparu comme l’ultime moyen d’action pour continuer à se regarder dans la glace le matin. Désobéir pour résister, désobéir pour ne pas perdre son âme d’enseignant, désobéir pour rester fidèle aux valeurs inhérentes à leur métier.

Quand un ministre se situe dans une telle logique d’affrontement avec les personnels qu’il a la mission de protéger, d’encourager, d’aider et de valoriser, il ne faut pas s’étonner qu’en retour la riposte soit à la hauteur du climat de défiance qu’il entretient avec les enseignants. Oser parler de « prise d’otages » des familles et des élèves, oser qualifier l’action des enseignants de « sacrilège » en dit long sur ce pouvoir qui criminalise toute contestation et qui la réprime avec une brutalité rarement égalée sous la Vème République. En vérité, ce pouvoir déteste le peuple qui se révolte et exècre ces enseignants qui refusent l’obéissance inconditionnelle et dont la mission est justement de former des esprits libres et éclairés. En bafouant la liberté d’expression des enseignants, en remettant en cause l’égalité entre les élèves, le ministère s’est lui-même placé en dehors de l’Etat de droit. Lui obéir sans discernement revenait à cautionner cette illégalité.

Face aux menaces de sanctions financières brandies par le ministre, la réplique se situe dans les caisses de solidarité. Nous l’avons vécu il y a dix ans. Tous les enseignants-désobéisseurs ont tenu grâce au soutien des parents d’élèves, des citoyens et des enseignants qui alimentaient la caisse nationale de solidarité. Ce n’était pas des jours de grève qu’il s’agissait de compenser, puisque les enseignants-désobéisseurs étaient présents devant leurs élèves, mais des journées entières de retenues sur salaire pour ne pas avoir appliqué à la lettre le dispositif de l’aide personnalisée ou pour ne pas avoir transmis les résultats des évaluations nationales. Si demain le ministère met en oeuvre ces sanctions, il franchira la ligne rouge. Mais la répression ne signifiera pas la fin du mouvement, elle sera une nouvelle étape pour élargir la solidarité citoyenne autour des revendications des enseignants-grévistes/désobéisseurs qui, jamais, ne pénalisent les élèves, et qui, aujourd’hui, prennent des risques professionnels dans l’intérêt de leurs élèves.

La volonté ministérielle et étatique est de caporaliser toute la profession enseignante en la soumettant à des injonctions et des directives condamnables tant sur le plan éthique que pédagogique. Tout comme la jeunesse qui est aujourd’hui embrigadée et soumise à travers le SNU régenté par les rectorats. Le seul enjeu de ces réformes scélérates contre le service public d’éducation est de savoir si les enseignants, tant du premier degré que du second, y consentiront par leur obéissance complice ou y résisteront par une désobéissance ciblée, assumée, éthique et responsable. Quand un fonctionnaire a la conviction que son obéissance le rend complice d’une politique injuste, il a le devoir de désobéir. En conscience et en responsabilité. Quoiqu’il en coûte. Dès la prochaine rentrée.

Article publié dans le Journal Le Bruit des Arbres, n° 2, août 2019

4 réflexions sur “Baccalauréat 2019 : en conscience, ils ont refusé d’obéir…

  1. Bonjour M Refalo !
    Faisant parti de l’aG educ IDF Inter-degré, je n’ai qu’une chose à rajouter :
    venez à l’UEE qui débute demain à la cartoucherie de Vincennes !
    Voici le programme et les conditions pour s’y inscrire :
    La toute première Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation se tiendra les lundi 26, mardi 27 et mercredi 28 août à la Cartoucherie de Vincennes (94).

    Cette Université d’Été émane des luttes contre les réformes Blanquer, mais entend avant tout embrasser l’ensemble des questions d’éducation, et est ouverte à tou.te.s les enseignant.e.s et tou.te.s les acteurs et actrices de l’Éducation, partout ailleurs.

    Débats, projections, assemblées, concerts et autres événements seront ainsi proposés pour aborder différents champs de l’École, suivant trois axes principaux :
    – « Enseigner » sur le cœur des métiers de l’Éducation
    – « Dialoguer » sur les rapports entre l’École et la société
    – « Lutter » sur les raisons et les moyens de réaliser un autre projet d’École

    Vous trouverez le programme de notre Université d’Été et le planning détaillé en pièce jointe, ainsi qu’à l’adresse suivante pour une version maintenue à jour (avec d’autres événements encore en suspens) :

    http://www.uee.education/programme/

    Pour participer à l’Université d’Été des Enseignant.e.s et de l’Éducation, n’oubliez pas de vous inscrire rapidement en ligne, même si vous ne pouvez venir qu’une ou deux journées sur les trois :

    https://bit.ly/billetterie_uee2019

    Espérant vous y croiser d’ici à mercredi,
    T. Ackermann

    J'aime

  2. Oui, l’outil majeur de la capacité de résister, outre la mise en réseau et la réflexion commune, c’est bien une caisse de solidarité spécifique, à créer, à faire connaître, à ouvrir à la participation de touTEs. Cela a permis aux instits « désobéisseurs », en résistance pédagogique, de tenir, continuer, effrayer le pouvoir d’alors au point de le faire reculer. Tout est à reprendre, mais les expériences sont là pour nourrir les initiatives actuelles.
    Moka 63

    J'aime

  3. Salut, tous les ministres sont sourds faut croire. On l’a vu avec l’environnement, la santé , l’éducation et avec la justice pour les GJ…Ils ne parlent pas, ils frappent

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s