Les écoles de Colomiers passeront à la semaine de 4 jours en 2018

Comme la plupart des écoles de France, les écoles de Colomiers passeront à la semaine de 4 jours à la rentrée 2018. Malgré une tradition ancienne d’organisation de la semaine scolaire à 4 jours et demi (exception faite des années 2009-2013), la ville tournera le dos à cette organisation remise en place en 2014, suite à la décision du ministre Vincent Peillon de généraliser la semaine de 4 jours et demi. Pour mémoire, la volonté du ministre était de « permettre aux enfants de mieux apprendre à l’école ». Pour cela, il souhaitait « favoriser les apprentissages fondamentaux le matin, au moment où les élèves sont les plus attentifs » et donc de faire en sorte que les élèves puissent « bénéficier de 5 matinées pour des temps d’apprentissage plus réguliers ». C’était le temps du bon sens revenu à l’heure où il était question de « refondation de l’école ».

Pour l’heure, rien n’est officiellement décidé et annoncé… Mais il suffit de s’appuyer sur les récentes déclarations de la municipalité pour s’en convaincre. Dès le mois de juin, la maire-adjointe à l’Education annonçait qu’un grand débat sur les rythmes scolaires serait lancé à la rentrée 2017. Voulant reprendre la main, après l’épisode catastrophique du changement des horaires dans les écoles maternelles à la rentrée 2017 (et qui ont fait la quasi unanimité contre eux, voir notre article) et du maintien d’un mercredi matin tronqué (malgré l’opposition des enseignants et de la majorité des parents), la municipalité décide alors de surfer sur l’opportunité offerte aux communes par le nouveau ministre de revenir par dérogation à la semaine de 4 jours et donc de lancer un « grand débat » sur les rythmes scolaires.

Certes, les élus de la commune affirment, la main sur le coeur, qu’ils restent favorables à la semaine de 4 jours et demi… En commission Education, au mois de juin, la maire-adjointe s’était d’ailleurs fendue d’un long plaidoyer contre les intentions du ministre d’autoriser à nouveau les communes à revenir à la semaine de 4 jours, plaidoyer que j’avais soutenu…. De même, la maire, dans sa conférence de presse de rentrée : « Personnellement, je suis convaincue que quatre jours et demi est idéal pour les enfants car on apprend mieux le matin. » Mais elle ajoutait aussitôt : « Cela a un coût et je sais aussi que des parents peuvent préférer les quatre jours pour des raisons d’organisation. Le débat est ouvert. La communauté éducative consultée ». Voilà, le débat est ouvert… Et la commune ne défendra pas la semaine de 4 jours et demi, mais écoutera attentivement tous les protagonistes… Le débat n’aura qu’un objectif : susciter à la base une volonté de changement des rythmes scolaires pour mieux faire accepter la décision de les modifier. A l’unisson de la maire, la maire-adjointe explique désormais en commission Education qu’il faut dépasser le débat entre 4 jours et 4 jours et demi…, pour rechercher la meilleure organisation possible qui fasse consensus…

La mairie sait parfaitement que maintenant que le ministre a ouvert la boîte de Pandore de la possibilité de revenir à 4 jours, elle ne pourra résister longtemps aux nombreuses interventions, demandes et pressions qui vont venir de toutes parts. L’organisation d’une « grande concertation » annoncée d’octobre à décembre permettra à tous les partisans de la semaine de 4 jours de se mobiliser, tant du côté enseignants que des parents d’élèves. Les défenseurs de la semaine de 4 jours et demi dont je suis seront isolés, mis en minorité, dans l’incapacité de faire entendre raison à tous ceux qui défendent d’abord leur petit intérêt personnel et matériel, et non pas celui des enfants à l’école.

Jusqu’à maintenant, les consultations à Colomiers ont toujours été des simulacres. Nous avons en mémoire comment la mairie avait d’autorité imposé la semaine de 4 jours en 2009, malgré une longue expérience d’organisation à 4 jours et demi incluant le mercredi matin. Nous avons en mémoire le débat tronqué de 2013, le report surprise à 2014 de la mise en place de la semaine de 4 jours et demi et la décision d’autorité d’horaires hebdomadaires qui ont indigné les enseignants et les parents. Nous avons en mémoire la pseudo-consultation de 2016 où malgré l’opposition de la majorité des conseils d’école, des syndicats d’enseignants, des parents d’élèves et l’avis négatif du CDEN, la municipalité a modifié de façon absurde les horaires dans les écoles maternelles sans par ailleurs toucher au mercredi tronqué !

Mais à la différence des « consultations » précédentes où il s’agissait de donner l’illusion d’une concertation et de faire adopter sans débat des décisions déjà prises en amont, cette fois-ci le jeu est plus pervers. Le résultat de la concertation sur les rythmes scolaires étant connu d’avance, la municipalité mettra le paquet pour associer le plus grand nombre à la discussion et se prévaloir ainsi d’une réelle décision démocratique qui fera quasiment consensus.

C’est une évidence, la mairie a déjà entériné et anticipé le passage à la semaine de 4 jours en 2018, sinon elle n’organiserait pas ce débat, alors que rien ne l’y oblige. L’organisation de la semaine scolaire en sera simplifiée, les journées de classe seront allongées avec moins de temps pour le péri-scolaire. Au-revoir la cacophonie du mercredi tronqué et de la garderie ingérable qui s’en suit et bonjour les économies pour les finances de la commune ! Il est bien de l’intérêt matériel et financier de la commune de revenir à la semaine de 4 jours. Pourquoi s’en priver ?

Tout le monde sera content, mais les enseignants qui ont encore une conscience professionnelle assisteront impuissants à un désastre annoncé (qui ne sera d’ailleurs pas spécifique à Colomiers). Les élèves, comme tous les rapports sérieux l’ont démontré, seront davantage fatigués et difficiles à mobiliser pour les apprentissages suite à la rupture du mercredi. Qu’importe désormais ! Beaucoup de parents, d’enseignants et d’élus seront satisfaits car la décision aura été prise avec l’accord du plus grand nombre… A Colomiers, ville qui se dit « amie des enfants », la démagogie et le populisme auront eu raison des meilleures convictions affichées il y a quelques années. Un joli coup électoral, bien entendu, mais sur le dos des enfants. Tout cela est profondément écoeurant et méprisable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s